Pasteur ou Superstar, Mammon le dieu de l'église pme

PASTEUR OU SUPERSTAR ?

 

Il est important de souligner qu'aucun disciple de Jésus-Christ n'appelait un homme "mon pasteur". Lorsqu'on leur posait la question de savoir qui était leur pasteur, ils répondaient tout simplement "Yeshoua" ! De nos jours, la donne a changé. Des milliers de chrétiens sont si fiers de leurs pasteurs au point qu'ils le mettent sur le même pied d'égalité avec le Seigneur. Ce phénomène de starisation des "hommes de Dieu" a commencé avec les télévangelistes américains.

Dès lors, le pasteur est devenu un produit marketing qui doit plaire pour être vendu. Toujours tiré à quatre épingles, parfaitement coiffé, bronzé s'il est blanc, la peau éclaircie s'il est noir, quelques-uns sont même passés sur le billard pour corriger à coup de bistouri leur apparence physique. Victime de la mode et du monde en général, beaucoup se targuent de ne s'habiller que chez les grands couturiers comme si c'était un signe extérieur de spiritualité. Comme pour toute star qui se respecte, ils ont leurs groupies hystériques qui s'offrent à eux corps et âme et nombreux sont ceux qui ne résistent pas à cette offrande.

Certains ont même fait de leur anniversaire un événement fastueux où l'on dépense des sommes énormes et où l'on mobilise des chorales qui composent des chants à leur propre gloire pour animer leurs soirées. En plus des dîmes et des offrandes qu'ils soutirent au peuple, ils continuent à s'enrichir en vendant des produits dérivés estampillés de leur portrait: pin's, mouchoirs, pagnes, cartes de visites, tee-shirts, photos dédicacées, posters, clips vidéo à leur propre gloire et autres gris-gris qui font un malheur au près des idolâtres.

Les seuls en ce bas monde qui peuvent les concurrencer sur ce terrain sont des dictateurs communistes friands du culte de la personnalité. Leur mégalomanie va même jusqu'à faire rire les paiens. Quelle tristesse !

Bibliquement parlant, la fonction pastorale, tout comme les autres fonctions, implique la simplicité, l'humilité, le don de soi, le renoncement, tout comme l'a fait le Seigneur lui-même.

"Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix." Philippiens 2:5-8.
(...)

 

MAMMON: LE SEUL DIEU DE L'EGLISE PME

 

"Mammon" signifie "richesse". Selon le Seigneur Jésus-Christ, Mammon est le maître de certaines personnes qui prétendent servir Dieu. Les inquiétudes par rapport au manger, au boire, aux vêtements et au lendemain, sont les signes de l'emprise de cet esprit.

"Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. C'est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?  Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valezvous pas beaucoup plus qu'eux? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine." Matthieu 6 : 24-34.

"Si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux ; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur." 1 timothée 6 : 8-11

Les apôtres furent très étonnés lorsque le Seigneur leur a dit qu'il était plus facile à un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu (Marc 10 : 23-27). En effet, selon Deutéronome 28, la richesse matérielle était un signe de la bénédiction divine. Or sous la grâce, la véritable richesse est spirituelle. Le Seigneur veut que ses enfants, surtout ceux qui travaillent à plein temps dans son oeuvre, aient foi en lui.

a/ La doctrine de Balaam

Pour mieux comprendre l'amour de l'argent qui anime certains pasteurs, il nous faut dépeindre l'apostasie survenue dans l'église de Pergame qui ne saurait mieux démontrer les conséquences dramatiques du mélange. "Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d'achoppement devant les fils d'Israël, pour qu'ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrassent à l'impudicité." Apocalypse 2 : 14.

Balaam veut dire "celui qui dévore". Le Nouveau Testament révèle une progression dans le degré de culpabilité de Balaam.
Tout d'abord il voulut fléchir la volonté divine, pourtant formelle, en s'efforçant d'obtenir un oui, alors que Dieu avait dit non. Il avait ainsi frayé le chemin à tous les détracteurs de la vérité qui, aujourd'hui encore se méprennent quant aux décrets du Tout Puissant. C'est ce qu'on appelle la voie de Balaam.

Ensuite, le "devin" s'en alla "chercher des enchantements" et fit appel aux puissances des ténèbres pour entraver la marche conquérante d'Israël. Il s'assujettit délibérément aux forces du mal, chose que Dieu interdit formellement. C'est ce que l'écriture nomme l'égarement de Balaam.
En désespoir de cause, le devin eut recours à un stratagème précisement mentionné dans ce passage d'Apocalypse 2 : 14 : l'enseignement ou la doctrine de Balaam. C'est comme si, dans son perfide conseil à Balak, roi de Moab, le faux prophète avait proposé: "Puisque tu ne peux pas vaincre israël par l'occultisme, essaie de le détruire de l'intérieur. Au combat, Israël est vainqueur car son Dieu le protège. Mais s'il désobéit aux consignes morales de son Dieu, il encourra directement son jugement; il en résultera un nombre de victimes beaucoup plus élévé que sur un champ de bataille". Le roi de Moab organisa alors une fête où il envoya des jeunes filles de Moab pour séduire les jeunes Israélites en les invitant à leurs danses et à leurs sacrifices.
"Et Israël demeurait à Sittim : et le peuple commença à se livrer à l'impureté avec les filles de Moab. Et elles invitèrent le peuple aux sacrifices de leur dieu ; et le peuple mangea et se prosterna devant leur dieu. Et Israël s'attacha à Baal-Péor, et la colère de l'Eternel s'enflamma contre Israël
." Nombres 25 : 1-3.

Ainsi Israël fut-il conduit à faire des sacrifices aux démons.
Ce fut la pierre d'achoppement qui fit trébucher Israël sous l'Ancienne Alliance, et qui fait tomber encore si souvent le peuple de Dieu sous la Nouvelle Alliance.
La plaie de Baal-Peor fut terrible puisqu'il y eut 24000 morts. Mais la plaie évoquée par la lettre de l'église de Pergame est plus meurtrière encore: d'innombrables vie ayant fait profession de foi ont été séduites par la débauche spirituelle, neutralisées par le mélange et paralysées par le compromis. Ces âmes sont tombées et tombéront encore dans l'endurcissement du coeur. Quant à Balaam, son égarement ne lui apporta aucun profit, bien au contraire, il fut frappé par l'épée des israélites (Josué 13 : 22).
(...)

 

 

Laisser un message
Laisser un message