Le salut

« Sachez, vous tous, et tout le peuple d’Israël, que c’est au nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié et que Dieu a ressuscité des morts; c’est par lui que cet homme se présente guéri devant vous. C’est cette pierre qui a été rejetée par vous qui bâtissez, qui a été faite la principale pierre de l’angle. Et il n’y a point de salut en aucun autre; car aussi il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » Actes 4: 10-12. Pour beaucoup, le salut est considéré comme un enseignement « de base » exclusivement réservé  aux nouveaux convertis. Mais laissez-moi vous dire que la simple écriture de cet article m’a une fois de plus poussée à une introspection. Nous négligeons facilement l’œuvre de la croix alors que celle-ci doit renouveler en nous le feu du premier amour (Apocalypse 2:4). S’il y a une chose qui est certaine, c’est que le salut se travaille avec crainte et tremblement (Philippiens 2:12). Contrairement à ce que de nombreuses personnes pensent, il n’est pas acquis éternellement après avoir confessé du bout des lèvres : Seigneur Jésus, je t’accepte dans ma vie comme mon Seigneur et Sauveur. La question du salut nécessite une prise de conscience, de position (en actes) en vue d’un engagement éternel. Au travers de cet article, nous prions que le Seigneur puisse toucher votre cœur. Ne l’oublions pas, c’est une question d’éternité.

 

DE LA LIBERTÉ Á LA CAPTIVITÉ

 

 « Au chef des chantres. D’après Jeduthun. Psaume de David. Oui, c’est en Dieu que mon âme se confie; De lui vient mon salut. Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut; Ma haute retraite: je ne chancellerai guère » Psaumes 62:1-2.

 Le mot « salut » vient de l’hébreu « yeshuw`ah » qui signifie bien-être, prospérité, délivrance, victoire. Ce même terme tire son origine de  «yasha » qui veut dire être sauvé, être délivré, être libéré, être secouru (dans un combat), être victorieux, libérer de troubles moraux ou spirituels, donner la victoire à.  Nous l’aurons compris, si l’on parle de salut c’est qu’il est question de captivité. Mais alors de quoi avons-nous besoin d’être délivrés ? Pour comprendre nous devons revenir au commencement.

Après que Dieu ait crée les cieux et la terre, il créa l’homme. Adam profitait de tous les bienfaits du Créateur. Il avait une vie sans soucis, sans peur du lendemain, sans souffrance, sans problèmes d’argent, sans maladie… Peut être même que les larmes n’existaient pas. Adam avait un travail qui n’était pas pénible (Genèse 2:15), de la compagnie (Genèse 2:20), de la nourriture à profusion (Genèse 2:16)… Et il bénéficiait surtout d’une proximité avec Dieu, ce qui surpassait de loin toutes les bénédictions qu’il avait. Rien ne semblait pouvoir entacher le cadre idyllique du jardin d’Eden. Et pourtant… Dieu ne donna qu’un seul ordre à Adam : « Toutefois, pour ce qui est de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras point; car au jour que tu en mangeras, tu mourras de mort » (Genèse 2:17).

Nous savons tous que la mort est une étape incontournable et inévitable pour tout être vivant. Ce que nous devons réaliser c’est qu’elle est la conséquence du péché. Adam et Eve n’auraient pas dû connaître la mort mais par leur désobéissance elle est entrée dans le monde. Cette insoumission d’Adam et Eve a donné accès à Satan à leurs vies qui a pris autorité sur eux. La captivité est ainsi entrée dans le monde. L’humanité s’est ainsi engagée dans une décadence sans frein, sombrant chaque jour davantage dans la perversion. Caïn tua son propre frère (Genèse 4:8), la polygamie apparut (Genèse 4:19), les fils de Dieu allèrent avec les filles des hommes (Genèse 6:2)…

noahs-ark1Toutefois, la Bible nous parle d’un homme, Noé, qui trouva grâce aux yeux de l’Eternel. « Et voici, je ferai venir un déluge d’eaux sur la terre, pour détruire toute chair qui a esprit en soi sous les cieux, et tout ce qui est sur la terre, expirera. Mais j’établirai mon alliance avec toi; et tu entreras dans l’arche, toi, tes fils, ta femme, et les femmes de tes fils avec toi » Genèse 6: 17-18.

Toute la génération de Noé vivait loin de Dieu, c’est pourquoi huit personnes seulement furent sauvées de ce déluge, c’est dire le peu de cœurs disposés… Nous voyons en l’arche une préfiguration du salut qui se trouve en Christ. Ce jour-là, tout ce qui se trouvait sur la terre disparut. Les eaux emportèrent tout alors que Noé et sa famille goutaient au repos  et à la sécurité dans l’arche. Cette histoire n’est pas une fable mais un enseignement pour tout un chacun.

« Et ce qui arriva du temps de Noé, arrivera de même au temps du Fils de l’homme; On mangeait, on buvait, on prenait et on donnait en mariage, jusqu’au jour que Noé entra dans l’arche; et le déluge vint qui les fit tous périr » Luc 17:26-27.

Pendant que Noé travaillait à son salut (image de la construction de l’arche), les autres personnes mangeaient, buvaient, se mariaient. Nous avons ici le tableau d’une vie classique où on ne voit pas forcément où se trouve le mal. Le problème c’est que leur cœur étaient loin de Dieu.

 

CAPTIFS

 

Lorsque nous vivions notre vie sans Christ, nous étions captifs, nous étions la propriété du diable. Le joug du péché nous empêchait d’expérimenter une véritable paix et notre quotidien n’était que tourment et servitude. J’étais moi-même esclave de nombreuses choses. Durant des années, j’ai vécu avec des pensées suicidaires qui me poussaient notamment à me mutiler. Tant que je n’obéissais pas, je ne cessais d’entendre cette voix me dire « va te tailler les veines ». Une fois l’acte accompli, je pensais trouver la paix mais j’éprouvais toujours un tourment encore plus fort. Je suis également tombée dans le vice de la cigarette dès l’âge de onze ans. Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai fait des crises de manque. Lorsque je n’avais plus de tabac et que les buralistes étaient fermés, je concentrais toutes mes forces et mes pensées pour trouver une solution. Mon quotidien était un enchainement de calculs pour être certaine d’avoir ma dose suffisante de nicotine. De plus, ma famille ignorait mon addiction et je devais prendre le soin de cacher mes affaires afin de ne pas être démasquée. Lorsque je me suis convertie, je suis restée attachée à cette addiction pendant un temps. J’ai donc du redoubler d’efforts afin que les frères et sœurs ne me soupçonnent pas. Je ne saurais vous dire le nombre de fois où j’ai pleuré de désespoir tant je désirais arrêter de fumer. J’ai tant de fois détruit des paquets de cigarettes en me disant « cette fois-ci c’est terminé ! »… Mais rien n’y faisait je ne pouvais pas m’empêcher de faire le contraire de ma volonté. Lorsque nous chantions des chants qui disaient « Je suis libre… », j’éprouvais toujours en moi-même une grande tristesse car je savais que j’étais encore attachée au péché. Je savais que j’étais captive et non libre. Mais Gloire soit rendue à Jésus car, dans sa grâce infinie, Il m’a totalement libérée de ces choses !

« Sachant que Christ, étant ressuscité des morts, ne meurt plus, et que la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car s’il est mort, il est mort une seule fois pour le péché; mais maintenant qu’il est vivant, il est vivant pour Dieu. Vous aussi, mettez-vous bien dans l’esprit que vous êtes morts au péché, et que vous vivez à Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, pour lui obéir en ses convoitises; Et ne livrez point vos membres au péché, pour servir d’instruments d’iniquité; mais donnez-vous à Dieu, comme étant devenus vivants, de morts que vous étiez, et consacrez vos membres à Dieu, pour être des instruments de justice. Car le péché n’aura point de domination sur vous, parce que vous n’êtes point sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc, pécherons-nous, parce que nous ne sommes point sous la loi, mais sous la grâce? Dieu nous en garde! Ne savez-vous pas bien que quand vous vous rendez esclaves de quelqu’un pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché pour la mort, soit de l’obéissance pour la justice? Mais grâces à Dieu, de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de tout votre cœur, en vous conformant à la doctrine qui vous a été donnée pour règle. Ayant donc été affranchis du péché, vous êtes devenus les esclaves de la justice. Je parle suivant l’usage des hommes, pour m’accommoder à votre faiblesse. Comme donc vous avez livré vos membres pour servir à l’impureté et à l’injustice, et pour commettre l’iniquité, donnez aussi maintenant vos membres pour servir à la justice dans la sainteté. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice Quel fruit tiriez-vous donc alors des choses dont vous avez honte présentement? Car leur fin est la mort. Mais ayant été maintenant affranchis du péché, et étant devenus esclaves de Dieu, vous avez pour votre fruit la sanctification, et pour fin la vie éternelle; Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don de Dieu, c’est la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur » Romains 6: 9-23.

 

DE LA CAPTIVITÉ AU SALUT

 

Il y a plus de dix ans, ma cousine m’a parlé de Jésus-Christ. Elle m’a expliqué que Jésus m’avait tant aimée qu’il était mort pour moi et que, dans sa Toute puissance, Il était ressuscité. Bien qu’ayant été élevée dans la tradition catholique, personne n’avait jamais su m’expliquer la raison pour laquelle Christ avait été sur cette croix.

Il est important de comprendre que la Bible comporte deux alliances. L’ancienne alliance c’est la Loi, connue) tort sous le nom d’ «Ancien Testament » (en effet, pour qu’il y ait testament il faut la mort du légataire), nous apprend que : « La première alliance avait donc aussi des ordonnances touchant le service divin, et un sanctuaire terrestre. Car, quand le tabernacle fut dressé, il y avait dans la première partie le chandelier, la table et les pains de proposition, et cette partie s’appelait le lieu saint. Et au delà du second voile était la partie du tabernacle appelé le lieu très saint; Où il y avait un encensoir d’or et l’arche d’alliance, toute couverte d’or, dans laquelle était une urne d’or, où était la manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l’alliance. Et sur cette arche étaient les chérubins de la gloire, qui couvraient le propitiatoire; de quoi il n’est pas besoin de parler présentement en détail. Or, ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs entrent bien tous les jours dans la première partie du tabernacle, pour y faire le service; Mais le seul souverain sacrificateur entre dans la seconde partie, une fois l’année; non sans y porter du sang, qu’il offre pour ses péchés et pour ceux du peuple » (Hébreux 9:1-7).

« Et ceci vous sera pour une ordonnance perpétuelle: Le dixième jour du septième mois vous affligerez vos âmes et vous ne ferez aucune œuvre, ni celui qui est du pays, ni l’étranger qui fait son séjour parmi vous; Car en ce jour-là le sacrificateur fera propitiation pour vous, afin de vous purifier; ainsi vous serez purifiés de tous vos péchés, en la présence de l’Eternel. Ce vous sera donc un sabbat de repos et vous affligerez vos âmes; c’est une ordonnance perpétuelle. Et le sacrificateur qu’on aura oint, et qu’on aura consacré pour exercer la sacrificature à la place de son père, fera propitiation, s’étant revêtu des vêtements de lin, savoir, des vêtements sacrés. Et il fera expiation pour le saint sanctuaire, pour le tabernacle d’assignation et pour l’autel et pour les sacrificateurs et pour tout le peuple de l’assemblée. Ceci donc vous sera pour une ordonnance perpétuelle, pour faire propitiation pour les enfants d’Israël de tous leurs péchés, une fois l’année. Et on fit comme l’Eternel l’avait commandé à Moïse » Lévitique 16: 29-34.

Nous comprenons donc que seuls les souverains sacrificateurs étaient appelés à effectuer ce rituel de propitiation. Ainsi, il fallait que le sang coule pour que les péchés des hommes soient pardonnés : « Car l’âme de la chair est dans le sang; aussi vous ai-je ordonné qu’il soit mis sur l’autel pour faire propitiation pour vos âmes; car c’est le sang qui fera propitiation pour l’âme » (Lévitique 17:11).

Leterme « propitiatoire » a pour origine le terme hébreu « kaphar » qui signifie couvrir, purger, faire une expiation, réconciliation, pacifier, rendre propice, recouvrir, expier pour le péché.

Sous la Nouvelle Alliance (la grâce), dite « Nouveau Testament », l’amour de Dieu s’est manifesté pleinement en Jésus-Christ qui a expié par son propre sang tous nos péchés. « Et selon la loi, presque toutes choses sont purifiés par le sang, et sans effusion de sang il ne se fait point de rémission des péchés. Il a donc fallu que les choses qui représentaient celles qui sont dans le ciel, fussent purifiées de cette manière, mais que les célestes fussent purifiées par des sacrifices plus excellents. Car Christ n’est point entré dans le sanctuaire fait de la main des hommes, et qui n’était que la figure du véritable; mais il est entré dans le ciel même pour comparaître maintenant pour nous, devant la face de Dieu. Ce n’est pas qu’il s’offre plusieurs fois soi-même, comme le souverain sacrificateur entre dans le lieu très saint, chaque année, avec d’autre sang que le sien. Autrement, il aurait fallu qu’il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde; mais à présent, dans la consommation des siècles, il a paru une fois pour abolir le péché, s’étant offert lui-même en sacrifice » Hébreux 9:22-26.

Il est important de comprendre que le péché met une barrière entre Dieu et nous. C’est cette barrière ou ce mur, symbolisé par le voile du temple, que Jésus-Christ est venu abattre.

« Mais maintenant, étant en Jésus-Christ, vous qui étiez autrefois éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. Car c’est lui qui est notre paix, et qui des deux peuples n’en a fait qu’un, en abattant le mur de séparation; Ayant détruit par sa chair la cause de leur inimitié, qui était la loi des préceptes, laquelle consistait en des ordonnances; afin que des deux peuples il formât en lui-même un seul homme nouveau, après avoir fait la paix; Et qu’il les réconciliât les uns et les autres avec Dieu, par sa croix, pour ne faire qu’un seul corps, ayant détruit par elle l’inimitié. Ainsi il est venu annoncer la paix, à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près; Car c’est par lui que nous avons, les uns et les autres; accès auprès du Père, dans un même esprits » Ephésiens 2: 13-18.

« Et Jésus ayant encore crié à haute voix, rendit l’esprit. En même temps le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, des rochers se fendirent » Matthieu 27:50-51.

Par le sacrifice de Christ, l’accès à la présence de Dieu nous est désormais possible (Jean 10:9). Il n’y a plus besoin de rituels ou d’effusion de sang car Jésus-Christ a tout accompli à la croix. Il a accepté de payer le prix des péchés du monde entier. C’est dire le poids incommensurable qu’il a porté.

«Christ nous a rachetés de la malédiction de loi, ayant été fait malédiction pour nous; (car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois.) » Galates 3:13.

chaine briséeIl a quitté son trône de gloire, pour venir sur cette terre avec pour unique motivation l’amour. Il nous a rachetés par son sang (Ephésiens 1 :7), attestant ô combien Il nous désire dans sa présence. Laissez-moi-vous donner une image. Imaginez qu’un jour vous passiez en jugement. Le juge énumère à haute voix tous les chefs d’inculpation depuis votre plus jeune âge : mensonges, vols, blasphèmes, impudicités, fraudes, consommations de drogues, violences, adultères, avortements… Vous objectez afin de vous défendre mais, ne se laissant point attendrir, le juge diffuse des vidéos attestant la véracité des délits commis. D’un coup de marteau, le juge annonce d’une voix forte votre sentence : « l’enfer! ».C’est alors que votre avocat, Jésus-Christ, pousse les portes du tribunal. Se dirigeant vers le juge, il présente ses mains couvertes de sang : « Votre honneur, par mon sang, je paye sa rançon. Je l’ai tant aimé(e) que j’ai donné ma vie afin qu’il/elle ne périsse point mais qu’il/elle ait la vie éternelle. Désormais, il/elle marchera en nouveauté de vie. Je serais son Dieu et il/elle sera mon enfant ». Sans hésitation, le juge proclame : « Vous êtes libre. Le salut et la vie éternelle sont devant vous ».

« Comme le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie pour la rançon de plusieurs » Matthieu 20:28.

Quel amour! Bien-aimés, la puissance de cet amour me dépasse. Nous ne méritions rien. Tant de fois nous avons dédaigné son Nom par nos bouches et nos actes. Malgré nos péchés, nos faiblesses, nos manquements… Jésus-Christ nous a aimés et n’a cessé de nous vouloir auprès de lui.

« Personne n’a un plus grand amour que celui de donner sa vie pour ses amis » Jean 15:13.

Nul ne peut égaler, ni même se comparer à la profondeur de cet amour. Il est si puissant et si pur. Il y a de la place pour l’humanité entière dans le cœur du Père. Nous sommes plus de sept milliards sur terre, sans compter le nombre de trépassés et pourtant Jésus a aimé chaque être humain d’un amour qui surpasse toute intelligence. Tout ce que nous avons à faire pour être au bénéfice de la grâce de Dieu c’est de nous repentir* et de nous donner totalement au Seigneur Jésus.

« Et si vous invoquez comme votre Père celui qui, sans avoir acception de personnes, juge selon les œuvres de chacun, conduisez-vous avec crainte durant le temps de votre séjour sur la terre; Sachant que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez apprise de vos pères, non par des choses périssables, comme l’argent ou l’or; Mais par le précieux sang de Christ, comme de l’Agneau sans défaut et sans tache, Déjà destiné avant la création du monde, et manifesté dans les derniers temps pour vous; Qui par lui croyez en Dieu, qui l’a ressuscité des morts, et l’a glorifié, afin que votre foi et votre espérance fussent en Dieu » 1 Pierre 1:17-21.

A Jésus seul soit la Gloire pour les siècles des siècles.

 

Jennifer M.

 

 

Pour aller plus loin, nous vous proposons les lectures suivantes :

*Reviens

*Le retour

Á la croix

Jésus nous a arrachés aux ténèbres

 

source: http://www.lesdokimos.org/2014/05/07/le-salut/

 

 

Laisser un message
Laisser un message