Les origines de Nöel

Les Évangiles ne faisant mention d'aucune date, il n'existe pas de certitude quant au jour exact de la naissance du Christ ; celui-ci ne fut fixé officiellement que vers 336, les autorités religieuses choisissant d'incorporer, plutôt que de les ignorer, les anciens rites païens (en particulier les saturnales qui célébraient le solstice d'hiver).

C'est pourquoi la fête de Noël n'est pas véritablement le jour anniversaire de la naissance du Christ. L'Église d'Orient, qui célébrait Noël le 6 janvier (en même temps que l'Épiphanie), adopta elle aussi la date du 25 décembre à l'initative de saint Grégoire de Nazianze.

La fête de Noël, très ancienne, trouve ses origines dans certaines fêtes païennes de l'Antiquité, en particulier les Saturnales qui accompagnent le solstice d'hiver. Puis, à partir du 4ème siècle, le jour de la naissance de Jésus-Christ étant fixé au 25 décembre, cette date devient dès lors celle de l'une des fêtes soi-disante chrétiennes. Au fil des siècles apparaissent de nombreux personnages ayant pour vocation d'apporter des cadeaux aux enfants. Certains d'entre eux sont d'origine païenne, tels Frau Holle en Allemagne et la Befana en Italie, mais d’autres, à l'exemple des rois Mages, de saint Martin, de sainte Catherine ou de sainte Barbe, appartiennent à la tradition chrétienne.

Le plus important de tous est sans nul doute saint Nicolas, évêque d'Asie Mineure mort au 4ème siècle, considéré comme le protecteur des petits enfants. Fêté le 6 décembre, il distribue des cadeaux et des friandises, accompagné de son âne et du Père Fouettard. Il connaît une grande popularité dès le Moyen Âge dans plusieurs régions d’Europe, et notamment dans le nord et l'est de la France.

 

Père Nöel

 

En 1809, l'écrivain Washington Irving imagine saint Nicolas se déplaçant dans les airs pour effectuer sa distribution de présents, mais c'est en 1822 que le personnage du Père Noël (Santa Claus aux États-Unis) voit le jour, sous la plume de l'Américain Clement Clarke Moore. L'auteur en fait le héros de A Visit from St Nicholas (Une visite de saint Nicolas), un poème rédigé pour ses enfants.

Ce texte, publié l'année suivante dans le journal The Sentinel, connaît immédiatement un très vif succès. Il met en scène un personnage composite amalgamant les légendes et les traditions des différents peuples ayant immigré aux États-Unis. Il s'inspire en particulier du saint Nicolas importé par les Hollandais (Sinter Klaas). Dans ces vers enlevés, le saint évêque se défait de son austérité et de ses attributs habituels (mitre et crosse) pour devenir un joyeux elfe dodu et barbu. Il se déplace dans un traîneau tiré par huit rennes et emprunte les conduits de cheminées pour déposer ses cadeaux dans les maisons des enfants sages.

En 1860, l'illustrateur new-yorkais Thomas Nast donne au Père Noël le visage et l'apparence que nous lui connaissons aujourd'hui : il en fait un vieil homme au costume rouge bordé de blanc et au gros ceinturon de cuir. Quelques années plus tard, la légende s'enrichit en fixant la demeure du Père Noël au pôle Nord. Enfin, les dessins publicitaires réalisés par Haddon Sundblom pour la firme Coca-cola dans les années 1930 permettent de diffuser largement son image et d'en accroître encore la popularité. 

Le marketing de Nöel

 

La fête de Noël revêt peu à peu un caractère de plus en plus commercial, en se centrant essentiellement sur le rituel de l'échange de cadeaux. Le personnage du Père Noël apparaît dans les grands magasins et les rues et son image fait à présent partie intégrante du marketing de Noël. Les enfants ne se lassent cependant pas d'aimer ce vieillard à la barbe blanche, et on entretient toujours chez les tout-petits l'illusion de son existence.

 

 

Définitions des mots clés:

 

Saturnales, dans la Rome antique, fêtes célébrées en l'honneur de Saturne, durant le solstice d'hiver. Se déroulant par conséquent pendant la période de l'année où la nuit est la plus longue, éclairée à la seule lumière des bougies et des torches, cette célébration était l'occasion de multiples réjouissances. Les festivités commençaient par un sacrifice au temple de Saturne, au pied de la colline du Capitole, puis donnaient lieu à des festins publics auxquels tous étaient invités. Les Romains associaient Saturne au dieu grec Cronos, roi bienfaiteur de l'âge d'or. À l'occasion des Saturnales, les esclaves étaient libérés de leur servitude et, pendant la durée de la fête, changeaient de rôle avec leurs maîtres.

Solstice, l'un des deux points de la trajectoire apparente du Soleil, lorsque celui-ci atteint sa plus forte déclinaison boréale ou australe par rapport à l'équateur céleste.

Le Soleil passe en ces points le 21 ou le 22 juin (c'est le solstice d'été qui marque le début de l'été et le jour le plus long de l'année), et le 21 ou le 22 décembre (c'est le solstice d'hiver qui marque le début de l'hiver et le jour le plus court de l'année). Les saisons s'inversent donc entre l'hémisphère Nord et l'hémisphère Sud. Le terme « solstice » vient du latin sol stare qui signifie « le soleil ne bouge pas ». En effet, à ces deux dates, le soleil change peu de déclinaison par rapport à l'équateur céleste d'un jour à l'autre, et semble demeurer immobile dans le ciel.

Nicolas, saint (304-345), originaire d'Asie Mineure, il entre au monastère de Sion et devient archevêque de l'Église métropolite de Myre ; à ce titre, il est probable qu'il ait participé au premier concile de Nicée. À la fin du XIe siècle, des marchands italiens transportent ses reliques de Myre à Bari, où une basilique est élevée pour abriter sa sépulture.

 

Source: Encyclopédie Encarta 2009

 

Laisser un message
Laisser un message